Nouvelles de la CCT

Douzième étude de cas sur la Collection d’expériences distinctives (MD) : Yellow Dog Lodge.

Nichée dans un coin reculé des Territoires du Nord-Ouest, cette entreprise d’aventure de plein air espère attirer les voyageurs internationaux dès leur plus jeune âge

27 février 2012
Imprimez

Les vacances font partie des besoins essentiels de bien des gens qui aspirent à de se couper de la frénésie de la vie moderne. Au cœur des splendeurs naturelles des Territoires du Nord-Ouest, c’est exactement ce que leur propose le gîte Yellow Dog Lodge, le temps d’un séjour de pêche, de kayak, de randonnée ou simplement de détente dans les espaces sauvages canadiens.

Quoi de plus naturel, alors, que de voir le Yellow Dog Lodge s’inscrire dans la Collection d’expériences distinctivesMD (CED) de la Commission canadienne du tourisme (CCT), un programme novateur qui ouvre des yeux et des portes, au Canada comme partout dans le monde. Pour illustrer l’essence de la Collection, les Nouvelles de la CCT donnent la parole à ses membres dans le cadre d’une série d’études de cas. Dans le présent article, Gord Gin, copropriétaire du Yellow Dog Lodge avec son épouse Kathy, nous confie les défis que représente la situation économique mondiale et ses espoirs envers la jeune génération de voyageurs.

Comment avez-vous décidé de vous lancer dans le tourisme? Quelle était votre motivation?
J’ai acheté le gîte en 2005, mais j’élaborais déjà le plan d’affaires depuis quelques années. J’ai toujours eu une passion pour les aventures en plein air et la pêche. J’avais cinq ans quand mon père m’a emmené à la pêche pour la première fois. En 2005, c’était le temps ou jamais. J’avais les moyens financiers et la formation nécessaires. Il fallait que je plonge.

Qu’est-ce qui vous a appris le plus dans la vie?
Mes contacts avec les gens : les clients du gîte et mes pairs m’ont beaucoup appris. Durant la basse saison, je travaille dans l’industrie des pipelines, auprès d’ingénieurs chevronnés et hautement compétents; j’apprends énormément en les écoutant. Sur le plan touristique, depuis que je fais partie de l’office du tourisme des Territoires du Nord-Ouest, j’apprends beaucoup de mes collègues.

Quel est le plus grand défi de votre entreprise aujourd’hui?
L’économie. Traditionnellement, la majorité de la clientèle des camps de pêche provenait des États-Unis. Comme la débâcle de l’économie américaine a réduit cette source de revenus, nous avons dû nous diversifier et offrir du kayak, de la randonnée et des séjours environnementaux. En ce moment, nous sommes prêts à essayer n’importe quoi pour continuer à faire progresser l’entreprise. Nous avons forgé des relations en Allemagne et en Suisse et trouvé des partenaires de marketing pour nous aider à promouvoir l’entreprise. L’excellent travail effectué par l’office du tourisme des T.N.-O., notamment sur ses sites Web, ne se traduit pas nécessairement par des ventes. Je tiens réellement à dépenser mon budget de marketing de la bonne façon. Inutile de faire du marketing pour faire du marketing.

Avez-vous déjà travaillé avec la CCT?
Seulement depuis le printemps 2011. Avant cela, je collaborais en général avec le gouvernement territorial et des sociétés privées, à des fins de marketing et de promotion.

Connaissiez-vous les boîtes à outils de la CCT avant de faire partie de la Collection?
Non. La notoriété est parfois un problème dans les Territoires. C’est un endroit très spécial, bien sûr, mais on sent parfois des frictions « nord-sud ». Comme j’habite à Cochrane,en Alberta,une bonne partie de l’année et que je fais la navette, on me voit parfois comme un étranger. J’aimerais changer cette mentalité et montrer aux gens d’ici qu’il existe autre chose que le Nord. Le tourisme du Nord s’articule beaucoup autour du contenu et de la culture autochtones. Cependant, comme les pourvoiries craignent de perdre leur patrimoine, elles se méfient des gens de l’extérieur qui arrivent et essaient de leur enseigner autre chose que ce à quoi ils sont habitués.

Parlez-nous de l’expérience Gîte en nature et traditions culturelles, inscrite dans la Collection.
La mentalité du gîte est différente de partout ailleurs. Dès que vous franchissez le 60e parallèle, le temps semble ralentir. Vous n’êtes plus esclave de votre montre. Au lieu de cela, vous vous rapprochez de la nature et de vos racines. Oubliez la technologie : tout ce que les gens veulent, c’est échapper au monde moderne, oublier leurs problèmes et s’occuper d’eux-mêmes. Beaucoup sont attirés par la pêche, mais aussi par la possibilité de partager quelques jours calmes en famille ou entre amis. Nous accueillons souvent des hommes en quête de moments de qualité en compagnie de leurs fils et petits-fils. L’absence de pression qui caractérise les lieux attire aussi des présidents et des vice-présidents de grandes sociétés, désireux d’oublier leur BlackBerry. Plusieurs se découvrent des talents de photographes de la faune. Il faut dire qu’en ville, ces cadres supérieurs ne voient pas souvent d’orignaux et d’ours dans leur habitat naturel. Les sorties en kayak sont mémorables, et tout le monde aime la randonnée. Enfin, les visiteurs peuvent découvrir l’histoire et le patrimoine de la région.

Quel genre de voyageurs votre entreprise attire-t-elle?
Nous ciblons surtout les familles avec de jeunes enfants. Comme les cadres supérieurs les mieux nantis délaissent progressivement les vacances traditionnelles axées sur la chasse, la pêche et la photographie, le marché change. Notre philosophie consiste à cibler les jeunes garçons et filles. Ce n’est peut-être pas payant pour le moment, mais ça le deviendra dans 30 ans, quand ils voudront tous revenir.

Selon vous, quels sont les avantages immédiats pour le Yellow Dog Lodge de faire partie de la Collection?
Nous espérons en tirer une visibilité accrue, pas seulement aux États-Unis et au Canada, mais dans le monde entier. J’aimerais accueillir davantage de visiteurs en automne, durant la saison intermédiaire des aurores boréales.

Faites-vous la promotion de votre statut de membre?
Nous avons récemment affiché l’insigne de membre de la Collection sur notre site Web, mais je crois que le cycle de vente pourrait être assez long. Il faudra des années avant que le statut ait vraiment un effet durable. Nous avons rencontré plusieurs fournisseurs de tierce partie à Vancouver,en Colombie-Britannique, en vue de promouvoir le gîte ailleurs dans le monde.

Selon vous, dans quels marchés étrangers en particulier le Yellow Dog Lodge pourrait-il trouver une nouvelle clientèle grâce à la Collection d’expériences distinctivesMD?
Nous voulons cibler l’Allemagne et le Japon. Par notre association avec l’industrie minière de Yellowknife, nous pourrions aussi cibler l’Australie. Les Australiens qui travaillent pour des grandes sociétés minières telles que BHP Billiton ou Rio Tinto viennent parfois habiter aux T.N.-O. pour trois ou quatre ans.

 

Votre commentaire a été soumis au modérateur. Il sera publié après approbation.

(Avertissement concernant les commentaires)

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ est gardé secret et ne sera pas montré publiquement.
CAPTCHA
Le code de sécurité protège la CCT des envois automatisés de pourriels.
Image CAPTCHA
Saisissez les caractères affichés dans l'image.
Fermer

Explorez ce que nous faisons pour les voyageurs américains

KeepExploring.ca External Linkss