Idées d'articles

Arctic Kingdom Polar Expeditions – Expérience canadienne distinctive

Laissez-vous gagner par la fièvre de l’Arctique au pays du soleil de minuit

16 février 2013
Par  Liz Fleming
Imprimez

Pas facile de trouver le sommeil au pays du soleil de minuit. Ce n’est pas tant la lumière qui vous tient éveillé que la fièvre de l’aventure.

Quand le convoi de motoneiges et de cométiques (des traineaux de bois sur skis) d’Arctic Kingdom Polar Expeditions s’élance à travers la banquise, de Pond Inlet jusqu’à son camp de base situé dans le parc national Sirmilik sur l’île de Baffin, c’est pour nous le point de départ d’aventures inoubliables.

À bord des cométiques lourdement chargés tractés par les motoneiges, nous sommes subjugués par la toute-puissance de la nature environnante. Derrière nous, un paysage de montagnes austères. Devant nous, rien, si ce n’est de la glace à perte de vue. Il n’y a pas de neige, la glace est juste recouverte d’une croûte qui oscille entre blanc givré et bleu scintillant. Par endroits, le soleil a fait fondre la surface glacée et nous traversons ces flaques avec force éclaboussements, comme si nous faisions du ski nautique. De temps en temps, les crevasses se font plus profondes et rejoignent l’océan, mais il en faut plus pour faire sourciller les guides imperturbables d’Arctic Kingdom. Après avoir décroché et poussé les longs cométiques de l’autre côté de la crevasse, ils lancent le moteur de leurs motoneiges et bondissent par-dessus les fissures, tels des acrobates du Cirque du Soleil. 

Nous quittons tous les jours notre camp de base, lové au pied d’icebergs de 15 000 ans, pour des expéditions au bout de la banquise : nous avons rendez-vous avec la faune. Nous nous glissons tant bien que mal dans des combinaisons étanches ou enfilons nos vêtements de survie, et nous hissons dans des kayaks, impatients d’être sur l’eau ou dans l’eau quand les bélugas viendront s’amuser. Apercevoir une de ces baleines drôlement blanches est déjà impressionnant en soi, mais en voir des dizaines s’ébattre à quelques mètres de distance est carrément galvanisant.

L’océan bouillonne comme une marmite. Les bélugas laissent place aux narvals gris-brun à la peau lisse. Ils nagent à côté des kayaks et se faufilent entre les plongeurs.

« C’est une autoroute de la faune ici, lâche entre deux bulles Jens, un professeur de biologie allemand, alors que les bélugas évoluent à ses côtés. Je n’ai jamais rien vu de tel. »

Et pour cause : il n’y a pas grand monde qui peut se vanter d’avoir vu quelque chose comme ça.

Les jours s’enchaînent, sans que les nuits se fassent sombres. Nous vivons au cœur de la vie sauvage. Nous entendons le souffle des baleines boréales colossales. Les phoques et les ours polaires nous étudient avec autant d’attention que nous les étudions. Nous mangeons rapidement nos repas de choix pour sortir vite admirer le soleil qui joue sur la glace et escalade les façades de vieux icebergs. Nuit après nuit, nous regardons, incrédules, nos montres qui indiquent qu’il est plus de minuit. Nous nous retirons à contrecœur dans nos tentes pourtant accueillantes. Nous nous glissons sous un édredon en duvet, mais le sommeil ne vient pas vite. La fièvre arctique s’est emparée de nous. 

Suivez-nous sur Twitter @DestinationCAFR . Suggestion de Tweet : Faites l’expérience du pays du soleil de minuit @arctickingdom goo.gl/eM0Z7

 

Usage guidelines

Libres de droits - nos photos le sont également - ils sont à la disposition des journalistes de la presse écrite et électronique, et peuvent également servir de source d'inspiration pour vos propres articles sur le Canada. Les articles doivent être repris mot à mot, en entier; ils doivent inclure la signature de l'auteur et la note « avec la permission de la Commission canadienne du tourisme »

Mots-clés :
Fermer

Explorez ce que nous faisons pour les voyageurs américains

KeepExploring.ca External Linkss