Idées d'articles

À la rencontre de Samuel de Champlain, le premier grand explorateur du Canada

Il y a 400 ans que l’aventurier français a foulé le sol canadien ; découvrez comment fêter son grand périple.

28 janvier 2015
Imprimez

Suggestion de Tweet : À Champlain! Célébrons le 400e anniversaire d’une exploration épique du Canada http://ow.ly/H1cy1

En 2015, on célèbre le légendaire Samuel de Champlain, grande figure de l’exploration du monde autour de 1615.

Explorateur et géographe français, Champlain a découvert de nombreux endroits. Champlain a contribué à fonder Québec (ce qui lui a valu le surnom de père de la Nouvelle‑France) et a établi une carte du fleuve Saint-Laurent avec une exactitude plutôt troublante. Avec plus d’une douzaine de voyages en Ontario et au Québec à son compte, il a été l’un des premiers Européens à faire du Canada sa destination de vacances préférée.

En 2015, Champlain brille de nouveau sous le feu des projecteurs, puisque les Canadiens fêtent le 400e anniversaire de son périple en Ontario et au Québec. Le temps n’a pas effacé l’empreinte qu’il a laissée sur le pays.

En effet, le nom de Champlain apparaît partout. Au dernier décompte, deux ponts sont nommés en son honneur, ainsi qu’un lac, une vallée, une mer, un parc provincial, un cégep, un hôtel, un destroyer de la Marine royale du Canada et de nombreuses rues dans différentes villes. Postes Canada et l’United States Postal Service (le service postal des États‑Unis) ont même émis conjointement en 2006 un timbre commémoratif en son honneur.

Un tel personnage mérite une fête exceptionnelle et il y aura plusieurs occasions de susciter l’enthousiasme. Penetanguishene, en Ontario, a un lien privilégié avec Champlain. En effet, l’explorateur s’était rendu au village de Toanche, habité par le peuple huron, par la baie de Penetanguishene.

Notre héros Champlain devait être un vrai charmeur : ce débarquement a marqué le début d’une longue amitié avec les Hurons, qui l’ont aidé à explorer l’intérieur des terres de l’Ontario. Le moment clé où l’explorateur a atteint la rive en canot, accueilli par les Hurons, sera reproduit au festival Rendez‑vous Champlain (du 31 juillet au 2 août). Attendez-vous à une joyeuse combinaison d’histoire et de divertissements, de feux d’artifice et de récits.

À Pembroke, en Ontario, au cœur de la vallée d’Ottawa, un détour au Champlain Trail Museum and Pioneer Village vous permettra de découvrir un ensemble de pièces exposées liées à Champlain. L’une d’entre elles est une réplique d’un astrolabe, un petit outil de navigation qui ne pèse que 629 grammes, dont se servaient, au 17e siècle, Champlain et les marins partout dans le monde.

L’histoire suivante est tellement étrange qu’elle pourrait bien être authentique : le vrai astrolabe de Champlain aurait été retrouvé par un adolescent qui taillait des arbres avec son père près de Cobden, en Ontario, en 1867. L’outil a été vendu à un homme pour une somme qui équivaut aujourd’hui à 170 $ et est resté à New York jusqu’en 1989, quand le Musée canadien des civilisations (maintenant appelé Musée canadien de l’histoire) l’a acquis pour une somme de 250 000 $ et l’a ramené au pays auquel il appartient.

Il ne s’agit pas du seul mystère qui entoure Champlain. Où a-t-il été enterré? Il est en mort en 1635, mais personne ne connaît son lieu de sépulture. Les historiens débattent encore la question de l’emplacement de sa dépouille, et les archéologues entreprennent des fouilles à sa recherche. Cette énigme a donné de la matière au roman, imprégné de faits réels, Enterrez vos morts, de Louise Penny, auteure de romans policiers.

Les voyageurs peuvent tout de même voir Champlain en se rendant à Saint John, au Nouveau‑Brunswick, et à Orillia, en Ontario. Des statues y rendent en effet hommage à l’explorateur audacieux.

Joyeux 400e anniversaire, Samuel!

Besoin d’images inspirantes du patrimoine et de l’histoire du Canada? Notre Médiathèque de la marque Canada contient des milliers de photos et de vidéos de toutes les régions du Canada.

Suivez-nous sur Twitter @DestinationCAFR

Usage guidelines

Libres de droits - nos photos le sont également - ils sont à la disposition des journalistes de la presse écrite et électronique, et peuvent également servir de source d'inspiration pour vos propres articles sur le Canada. Les articles doivent être repris mot à mot, en entier; ils doivent inclure la signature de l'auteur et la note « avec la permission de la Commission canadienne du tourisme »

Mots-clés :
Fermer

Explorez ce que nous faisons pour les voyageurs américains

KeepExploring.ca External Linkss