Idées d'articles

Suivez les traces du Groupe des sept, même si vous n’êtes pas un artiste

Explorez les mêmes magnifiques paysages sauvages que les fameux peintres

12 octobre 2011
Imprimez

Les paysages sauvages du Canada ont inspiré des générations d’artistes, mais aucun autant que Tom Thomson et le Groupe des sept. On associe leurs noms à des lacs isolés, des feuillages d’automne, des champs et de la toundra sous un manteau de neige.

« Painting Canada: Tom Thomson and the Group of Seven » (Peindre le Canada : Tom Thomson et le Groupe des sept) est une exposition temporaire d’œuvres de ce groupe, organisée du 19 octobre 2011 au 8 janvier  2012 à Londres par la Dulwich Picture Gallery.

Ces artistes du début du 20e siècle parcouraient la nature sauvage en train, en canoë et en pied, carnet de croquis sous le bras. Ils furent peut-être nos premiers touristes. Les lieux qu’ils ont peints attirent toujours aujourd’hui des visiteurs. 

Le parc provincial Algonquin : Tom Thomson passait ses étés à pêcher, faire du canoë et des croquis dans le premier parc provincial de l'Ontario. Les rivières tumultueuses, les lacs endormis et les pinèdes ravagées par le vent enflammaient son imagination. Après sa mort tragique en 1917 – son corps fut repêché dans le lac Canoe –, ses amis érigèrent un cairn commémoratif sur l’un de ses emplacements préférés de campement, avant de former officiellement le Groupe des sept.

Charlevoix, au Québec : A.Y. Jackson, qui était considéré comme l’élément moteur du Groupe, aimait s'hasarder l’hiver dans la nature, sur la rive nord du Saint-Laurent. À cause de son habitude de partir à la découverte chaussé de raquettes, les gens du coin le surnommèrent « Père Raquette ». Véritable ode à l’hiver canadien, son tableau Road to Baie-St. Paul représente un petit village enseveli sous un épais tapis de neige.

Le canyon Agawa et l’Algoma Country en Ontario sur la rive nord du lac Supérieur, attiraient beaucoup les artistes, particulièrement à l’automne quand les feuilles d'érable prennent de vibrants tons d’orange et de rouge. On peut toujours voyager en train à travers le canyon, y admirer le granit du Bouclier canadien, les rivières impétueuses, les lacs limpides et les cascades bouillonnantes.

Le parc provincial Killarney et les montagnes La Cloche : L’artiste Franklin Carmichael s’était fait construire un chalet dans ce coin de l’Ontario. Ses collines de quartzite blanc et ses lacs transparents ont tant ensorcelé A.Y. Jackson qu’il a milité pour la préservation de cette région. Le parc est aujourd’hui une formidable aire de loisir pour les canotiers et les randonneurs.

Le Lac O’Hara dans le parc national Yoho : Ce parc sauvage de Colombie-Britannique fait, toujours et encore, partie des lieux incontournables pour les passionnés de plein air. À propos de ces lacs glaciaires turquoise et de ces pics montagneux, l’artiste J.E.H. MacDonald, membre du Groupe des sept, a écrit : « Je suis allé au magnifique lac O'Hara qui s’étendait là comme dans un rêve, au pied des versants du mont Lefroy et des chutes d’Oesa. C’est là que j’ai connu l’un des grands bonheurs d’ici-bas. » (NDLR : Traduction libre).

Usage guidelines

Libres de droits - nos photos le sont également - ils sont à la disposition des journalistes de la presse écrite et électronique, et peuvent également servir de source d'inspiration pour vos propres articles sur le Canada. Les articles doivent être repris mot à mot, en entier; ils doivent inclure la signature de l'auteur et la note « avec la permission de la Commission canadienne du tourisme »

Mots-clés :
Fermer

Explorez ce que nous faisons pour les voyageurs américains

KeepExploring.ca External Linkss